La marche : une activité importante pour notre santé ?

La marche constitue de base un moyen de locomotion. Mais au-delà d’être utile à nos déplacements , nous constatons que marcher contribue à notre bien- être, au point où plusieurs acteurs de la santé publique nous la recommandent dans notre quotidien.
Malgré le confinement de la moitié de la population planétaire à cause du COVID-19, les temps de marche (promenade) ou d’activités physiques (à l’extérieur du domicile) ont été pris en compte, dans les mesures de prévention et de sécurité mises en place par les gouvernements. Pourquoi la marche est-elle donc si importante? Que nous apporte t-elle?

Pour ma part, la marche est l’une des activités qui m’aident à me détendre. Parfois, lorsque mes pensées saturent et que je fatigue, une petite ballade suffit pour faire une remise au point psychique et physique. Je profite pour respirer l’air frais et apprécier la nature. Marcher peut aussi être un temps propice pour réfléchir. Ainsi, même si les moyens de transport sont disponibles, je n’hésite pas à me rendre aux endroits les plus proches de mon domicile, à pieds.

Je me suis récemment intéressée à la littérature scientifique au sujet de la marche. Je vais donc partager avec vous, quelques-uns de ses bienfaits psychiques et physiologiques. Ils pourraient vous être utiles pendant ce temps de confinement.

Effets psychologiques ou psychiques de la marche :

Marcher améliore notre santé mentale. Lorsque nous marchons, les tensions dans le corps se dénouent et nous nous libérons l’esprit. Si vous avez l’habitude des ballades, surtout dans les espaces verts, vous l’avez sûrement déjà constaté. Vous inspirez l’air frais, vous sentez sur votre peau ce vent léger qui vous procure calme et détente intérieure. 🙂

Les effets de la marche ont été prouvés dans la réduction du stress. En cette période de pandémie, le stress est à éviter au maximum, car il a un effet délétère sur notre système immunitaire. Or, nous avons besoin que notre système immunitaire soit efficace pour défendre notre corps contre toute entrée de bactéries ou de virus.
Désormais, lorsque vous vous sentirez stressé(e), n’hésitez pas à faire quelques pas…

Selon une étude de Abbott et al. (2004), la marche contribue à réduire la dépression.
Cette même étude montre que la marche semble être associée à un risque réduit de démence. Ainsi la promotion de modes de vie actifs chez les personnes (atteintes de démences ou personnes âgées) physiquement actives pourrait contribuer au maintien (tardif) de la fonction cognitive (1).

Effets physiologiques de la marche

La marche est une activité physique douce. A la différence des activités physiques intenses, elle mobilise tous les muscles de notre corps en douceur. Lorsque nous marchons, nous faisons travailler tous les muscles. Cependant l’effort est moindre, et le risque de traumatisme au niveau des muscles est quasi inexistant. Ses effets sont à la fois externes et internes. Bon à savoir, n’est-ce pas ?

Notre monde est malheureusement le théâtre de plusieurs maladies et personne n’en est épargné. Outre les dispositifs médicaux, nous pouvons prévenir ou éviter l’aggravation de plusieurs de ces maladies (diabète, ostéoporose, maladie cardio-vasculaire etc…) par la marche. Voyons ensemble quelques exemples.

La marche nous permet d’éviter le gain de poids, en maintenant celui-ci stable. En effet grâce à la marche, le taux de cholestérol sanguin (le mauvais cholestérol) est réduit; la graisse corporelle baisse; on note ainsi une baisse de l’indice de masse corporelle (IMC). Par conséquent en marchant régulièrement, nous entretenons notre physique et évitons les risques d’obésité.

Au niveau du cœur, elle favorise des améliorations significatives de la pression artérielle systolique et diastolique, de la fréquence cardiaque au repos (4). Des études (3, 6) ont montrées que chez les personnes atteintes de maladies cardio-vasculaires ou de diabète, la marche régulière peut aider à réduire les risques de mortalité. Chez les femmes, une heure de marche par semaine peut réduire le risque de coronaropathie (5).
La marche améliore nos capacités respiratoires. Elle favorise un meilleur usage de l’oxygène par le corps, ainsi le cœur et le poumon fonctionnent avec plus d’efficacité.

Quelles sont les recommandations pour la marche ?

Selon les recommandations, faire 30 minutes de marche par jour, avec une intensité modérée, serait bénéfique à notre corps. Les promenades, n’ont pas besoin d’être longues ou ardues. Allez à votre rythme, prenez le temps de respirer, et profitez pour admirer la nature. La marche en campagne ou hors agglomération peut être très bénéfique (2). Marcher en groupe peut avoir des bénéfices sociales, psychologiques et physiologiques. Mais vous serrez d’accord avec moi que ce n’est pas l’idéal en ces temps de crise sanitaire.

Alors, avez-vous hâte d’aller faire votre ballade de la journée ?

Avant de sortir, n’oubliez pas de prendre les précautions nécessaires. Restez dans votre entourage, et surtout ne vous pressez pas. Lavez-vous les mains avant de sortir et à votre retour.

Notre corps est précieux alors prenons en soin quotidiennement.

A très bientôt cher(e)s Lifteds.

Sources

1. Abbott R.D., White L.R., Wester Ross G., Masaki K.H., CurbJ.D. & Petrovich H. (2004) Walking and dementia in phys-ically capable elderly men. Journal of the American MedicalAssociation 292, 1447–1453.

2. Barton J., Hine R. & Pretty J. (2009) The health benefits of walking in green spaces of high natural and heritage value. Journal of Integrative Environmental Sciences 6 (4), 261–278.

3. Gregg E.W., Gerzoff R.B., Caspersen C.J., Williamson D.F.& Narayan V. (2003) Relationship of walking to mortalityamong US adults with diabetes. Archives of Internal Medi-cine 163, 1440–1447.

4. Hanson S. & Jones A. (2015b) A spatial equity analysis of apublic health intervention: a case study of an outdoorwalking group provider within local authorities in Eng-land. International Journal for Equity in Health 14, 106.doi:10.1186/s12939-015-0256-x.

5. Lee I.M., Rexrode K.M., Cook N.R., Manson J. & Buring J.E.(2001) Physical activity and coronary heart disease inwomen: is “no pain, no gain” passé? Journal of the Ameri-can Medical Association 285 (11), 1447–1454

6. Smith T.C., Wingard D.L., Smith B., Kritz-Silverstein D. & Barrett-Connor E. (2007) Walking decreased risk of cardiovascular disease mortality in older adults with diabetes. Journal of Clinical Epidemiology 60 (3), 309–317.

Gordon Grant, Kasia Machaczek, Nick Pollard and Peter Allmark. (2017). Walking, sustainability and health: findings from a study of a Walking for Health group. Health and Social Care in the Community (2017) 25(3), 1218–1226. doi: 10.1111/hsc.12424

Crédits phot: Décathlon, freepik

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :