Madina: Rose noire, rose tendre

Chapitre 6 : L’accueil hospitalière.

Les minutes dans l’ambulance semblaient une éternité. Allongée sur le brancard, Akossi ne bougeait pas. Madina la fixait du regard, aucun mot ne sortait de sa bouche. Les larmes qui coulaient de ses yeux en silence traduisaient tout son désespoir. Les « ça va aller » de l’infirmière à côté d’elle, semblaient lointain dans ses oreilles…

Arrivée à l’hôpital, c’était la course pour les soignants. Même si l’état d’Akossi avait été stabilisé dans l’ambulance, le pronostic vital était quand même engagé. Il fallait prendre soin d’elle assez rapidement. Elle fut donc admise aux urgences dans l’immédiat. 

Dans le couloir, Madina courait derrière la rangée de soignants qui amenait Akossi dans la salle opératoire. Arrivée à l’entrée de la salle, une infirmière lui fit barrière et l’empêcha de rentrer.

Tu ne peux pas entrer, il faut rester dans le couloir et va chercher de l’aide pour ta mère »! Lui dit sèchement l’infirmière.

Sans manifester d’opposition, Madina obéit à l’injonction de cette dame en blouse blanche. Elle resta là, immobilisée pendant quelques instants devant la porte. Ses yeux en larmes suivaient Akossi, allongée sur ce brancard qui s’éloignait de plus en plus vers le fond de la salle. Son bras droit était tendu vers elle comme si elle avait perdu ses moyens face à quelque chose qui lui échappait. Elle resta dans cette position jusqu’à la fermeture de la porte. Se retournant sur elle-même, elle murmura « Que va t’il arriver à Akossi ? « Mon Dieu par pitié qu’elle ne meurt pas. Je n’ai personne s’il vous plait » fini-t-elle par dire en sanglot. 

Accroupie dans un coin du couloir de l’hôpital, elle tenait son visage entre les mains, lorsqu’une infirmière vint lui taper sur l’épaule.

Je t’avais dit d’aller chercher de l’aide, tu l’as fait ? Dis l’infirmière d’un ton brusque.

Madina reconnut l’infirmière. C’était la dame qui l’avait empêché d’entrer dans la salle il y a quelques minutes. Madina secoua la tête en signe d’un « non ».

Mais vous les enfants d’aujourd’hui quand on vous parle, vous ne respectez pas. On t’a dit d’aller chercher de l’aide tu es encore ici. Ou bien tu n’as personne ? Tu ne sais pas qu’on a besoin d’argent pour soigner ta mère? tu veux qu’elle meure ?

Au son de ces mots, Madina se leva instantanément pour être à la hauteur de la dame. A la manière dont elle avait haussé le ton, Madina ne put s’empêcher de retrouver ses sens. Elle ne pipa mot car l’infirmière ne lui en avait pas donné l’occasion.

Viens avec moi dans le bureau. Ordonna t-elle.

Madina se leva et suivi l’infirmière dans la pièce adjacente. La pièce était froide et avait une odeur similaire à celle de l’alcool. L’infirmière s’installa sur une chaise derrière le bureau et fit signe de main à Madina de faire pareil sur la chaise d’en face.

Que se passe t-il Madame ? elle va bien ? demanda Madina d’une voix apeurée, pendant qu’elle essayait de s’asseoir sur la chaise en bois, en face de l’infirmière.

– Son état est stable. Mais elle va être hospitalisée pour quelques semaines. J’ai quelques questions à te poser.  Répondit elle rapidement en cherchant un stylo dans la boîte à fourniture qui était posée sur le bureau.

Elle lui posa des questions sur l’identité d’Akossi. Madina toute tremblante, répondait avec hésitation. Lorsqu’elle demanda la date de naissance et l’âge d’Akossi, Madina ne pu lui apporter de réponse dans l’immédiat.

Tu ne connais pas la date de naissance de ta mère ? Tchip, ce n’est pas possible quoi! Vous les enfants là.

Madina fouilla le porte-monnaie d’Akossi où elle trouva sa carte d’identité.

Pardon Madame, je ne m’en rappel plus. Elle tendit la carte à la dame tout en clarifiant qu’elle était sa domestique et pas sa fille. Pendant que Madina parlait, l’infirmière avait la tête baissée et notait les informations de la carte dans un grand cahier. Lorsqu’elle eut fini de poser toute ses questions, elle lui remit deux ordonnances portant des inscriptions quasi illisibles.

Il faut aller nous chercher ces médicaments et faire les formalités sinon on ne pourra rien faire pour ta patronne ». Vas y dépêche toi.

 Madina sortit aussitôt du bureau, traversa le couloir et le hall d’entrée en courant. Arrivée dans la cour de l’hôpital, elle était déboussolée. Tout haletante, elle demanda aux passants de lui indiquer la pharmacie afin de se renseigner des prix des produits….

Pensée de l’histoire

L’accueil hospitalière est très important dans la prise en charge d’un patient et pour les aidants. Lorsqu’une personne vient à l’hôpital surtout en cas d’accident, elle est déjà dans un état de panique. La manière dont le personnel hospitalier va accueillir cette personne va déterminer l’augmentation ou la diminution de cet état de panique. Nous sommes conscients que le métier de soignant n’est pas une tâche facile, et nous disons « Kudos1« . Mais faut reconnaître que la bienveillance vis à vis du patient ou de l’aidant (quelque soit son âge ou sa position socio-économique), est une attitude clé à avoir si l’on veut évoluer dans le milieu médical ou dans le monde de la santé. Malheureusement dans certains centres hospitaliers, certains professionnels de santé ont perdu cette valeur ou ce savoir être (dans le verbal et le non verbal), à cause de leurs conditions de travail ou de vie.

Mais que peut-on faire pour changer cette situation ? Lifteds, qu’en pensez-vous ?

1. Kudos = Félicitations, bravo, gloire, lauriers etc.

Je sais que vous êtes nombreux à attendre la suite de l’histoire de Madina. Je vous rassure qu’elle est en cours de rédaction complète. 🙂 Gifty

Découvrez les extraits l’histoire de Madina depuis le Chapitre 1, dans la catégorie « Stories ».

Chapitre 1 : Le faux départ

Chapitre 2 : Un semblant de répit

Chapitre 3 : Une découverte embarrassante

Chapitre 4 : Une confidente similaire

Chapitre 5 : l’inattendu

A bientôt pour la suite de l’histoire. Comment Madina traversera t-elle cette situation d’instabilité avec ses examens de baccalauréat qui approchent ? Quelle sera l’attitude de Boniface dans cette situation ? Et bien sûr que va faire Zeinab aka « la confidente similaire » pour sa copine Madina. Stay tune ! :).

2 commentaires sur “Madina: Rose noire, rose tendre

Ajouter un commentaire

    1. Merci pour l’encouragement. N’hésitez pas à lire d’autres articles intéressants sur le blog. Je reste ouverte à vos remarques et suggestions.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :